Difficile pour les entreprises implantées aux quatre coins de la France ou du monde de communiquer et de collaborer efficacement avec toutes leurs filiales, leurs agences, leurs succursales ou encore leurs magasins. Selon le cas, de nombreuses raisons expliquent cela : les différences de culture, les méthodes de travail de chacune des entités ou encore le manque de processus d’échanges structurés. Or, une collaboration efficace génère de la valeur ajoutée et permet de façonner la prise de décision et l’efficacité commerciale. Dans cet article, nous vous livrons les trois erreurs à ne pas commettre pour avoir une collaboration efficace avec vos filiales.

Erreur #1 – La mauvaise collecte des données

Collaboration filiales Pour piloter son activité, un groupe a besoin de disposer de nombreux indicateurs. Pour cela, chaque entité doit les fournir à la maison mère. Et c’est là que le bât blesse ! En effet, les filiales, les succursales ou les magasins ne collectent pas les data de la même manière, ne surveillent pas les mêmes métriques et n’utilisent pas les mêmes sources (internes ou externes).

Ces dernières années, la volumétrie des informations a considérablement augmenté. Les entreprises pensent, à tort, que plus on a de data, mieux c’est. Or, la qualité doit primer sur la quantité. D’après l’étude “Data Security Confidence Index” de Gemalto (2018), si 89 % des décideurs informatiques interrogés s’accordent sur le fait que la capacité à analyser ses données offre un avantage compétitif certain, 65 % des entreprises n’arrivent pas à analyser les data auxquelles elles ont accès. Ceci est dû à la multiplication des sources de données externes, mais également à la complexification des architectures IT : les organisations utilisent de plus en plus d’outils qui ne sont pas toujours intégrés. Conséquence : les données sont éparpillées et ne remontent pas.

Erreur #2 – La mauvaise consolidation des data

En plus des soucis de collecte des données, chaque filiale a une interprétation différente de ces dernières (des unités de mesure différentes, les devises propres à chaque pays, des codages hétérogènes…). Difficile dans ces conditions d’obtenir des indicateurs de performance fiables. Or, ils sont indispensables au pilotage de l’activité globale du groupe.

Sans homogénéisation et sans connexion entre les différents systèmes et outils existants, l’analyse de données consolidées devient problématique. Cette consolidation se fait donc par le biais de fichiers (type Excel) qui permettent une extraction des données afin de pouvoir les exploiter. Outil accessible, Excel n’est pas une solution optimale. En effet, les informations sont vulnérables, elles sont également susceptibles d’être fausses. De plus, il est impossible de travailler à plusieurs sur un fichier ; se pose alors le problème de versionning. Pour pallier ce problème, il est nécessaire de construire un référentiel unique pour les analyses à venir. Fiabiliser l’existant est indispensable mais il faut également mettre en place de nouveaux processus pour améliorer à la fois la collecte et la consolidation future des data.

Erreur #3 – Se satisfaire de reportings inefficaces

Collaboration filiales Le reporting (basé sur des tableaux de bord) permet d’appréhender globalement les performances et les risques de l’entreprise grâce à une vision synthétique du passé, du présent et du futur. C’est un outil essentiel à la prise de décision. Construit autour d’indicateurs définis au préalable, il perd toute sa valeur si ces derniers ne sont pas fiables.

Dans le cadre de groupement d’entités, le risque que les données soient incompatibles est élevé. Le reporting perdrait alors tout son sens. C’est pourquoi il est important d’identifier et de supprimer les sources d’erreurs telles que l’utilisation de nombreuses feuilles de calculs avec des formules complexes, des données divergentes, le manque d’automatisation de la consolidation des data, la multiplicité des indicateurs, la non-connexion entre tous les outils de l’entreprise, l’absence d’intégration des applications…

La collaboration entre les filiales et leur maison mère est tout d’abord une affaire de données. Sans processus uniformisés, sans outils adaptés et sans partage de bonnes pratiques, la collaboration entre les différentes entités est fragilisée. Afin de ne pas pâtir de ces erreurs, nous vous conseillons de structurer vos flux de données et de vous équiper d’un outil agile, rapide à mettre en place et ergonomique tel que DAMAaaS et d’offrir à vos collaborateurs ou partenaires un environnement de travail partagé.

Ronan Bertel

Par Ronan Bertel, le 09/04/2019

Share This