Les fusions/acquisitions font partie de la vie des entreprises. Ce sont des moments de transformation qui amènent les organisations à revoir leurs modes de fonctionnement. C’est aussi, pour la DSI, l’occasion d’innover et de repenser la gouvernance de l’information. Car intégrer le système d’information d’une nouvelle entité n’est pas uniquement une question de technologie mais également d’humain et cela peut prendre plusieurs mois. Dans entre-temps, peut-on faire collaborer immédiatement les différentes structures ?

Collaboration fusion / acquisition : quelles sont les difficultés rencontrées ?

collaboration fusion acquisitionAu-delà de la visée économique, la réussite des opérations de fusion-acquisition repose sur la gestion du capital humain. Le nombre de changements inhérents étant important, il est primordial que les employés travaillent ensemble afin de créer de l’efficacité collective. Cependant, il est bien souvent complexe d’intégrer une nouvelle structure à une entreprise existante, notamment à cause de la multitude de processus existants dans chacune des organisations et de la diversité des données.

Les facteurs d’échec des fusions/acquisitions (fusac) les plus souvent observés sont les oppositions de culture entre les deux sociétés, un projet commun flou et des conflits de pouvoir. Chaque entité a sa propre histoire et ses habitudes. Tout changement suscite des inquiétudes auprès des salariés : vais-je garder ma fonction ? Comment travaillent-ils ? Sont-ils organisés de la même manière que nous ? Vais-je devoir me former à de nouveaux outils ? Les méthodes de management peuvent également conduire le projet à un échec : délaisser le collectif, changer toutes les méthodes de travail, ne pas faire de transition, ne pas intégrer les nouvelles équipes, arriver en terrain conquis… Tous ces facteurs ont un impact négatif sur la suite de la fusac.

Collaboration fusion / acquisition : comment bien travailler ensemble ?

collaboration fusion acquisitionLes dirigeants des deux entreprises qui fusionnent ont une responsabilité vis-à-vis de leurs actionnaires et de leurs employés en termes de résultats dans un premier temps mais également en termes de confort et de méthodes de travail. Pour cela, il est d’abord nécessaire de définir les rôles de chacun et de désigner une ou plusieurs personnes chargées de faire le lien entre les deux entités, avec le comité de pilotage qui définit les KPIs à surveiller. Ensuite, il est indispensable de rester vigilant sur le suivi de ces indicateurs : si quelque chose semble mal se passer, il faut pouvoir le corriger au plus vite. Cependant, cette réorganisation demande du temps et se planifie sur le long terme. Mais comment collaborer à court terme ?

Pour éliminer la complexité, impliquez vos collaborateurs dans le projet de mise en place de la nouvelle organisation. Sur le plan des outils, par exemple, en co-construisant la solution qui facilitera leurs échanges. Privilégiez donc un logiciel agile, facile à mettre en place et évoluant au gré de vos besoins. Ne partez pas de l’existant, construisez ensemble votre futur environnement de travail. Cela vous permettra de redéfinir les données utiles, de disposer d’un environnement de travail commun, de collaborer pour construire cette solution dans un esprit de team-building.

Choisissez une application codeless telle que DAMAaaS, accessible aux métiers, administrable facilement par vos équipes informatiques ou directement par les services concernés. Ainsi, vous pouvez assigner des tâches aux différents collaborateurs, suivre les missions et être alerté en cas de non-respect des règles que vous avez définies. Travailler avec DAMAaaS c’est assurer que chacun participe au changement et faire en sorte que l’adhésion de tous soit acquise.

Franck Desnoues

Par Franck Desnoues, le 25/04/2019

Share This