À l’heure où les sujets concernant la conformité (ou compliance) ne cessent de se multiplier, de nouvelles entreprises voient le jour pour aider les organisations à anticiper ces problématiques, à respecter les réglementations, à assurer une traçabilité et un historique fiable… Ces start-up d’un nouveau genre se nomment Fintech, Legaltech ou encore Regtech. Dans cet article, nous souhaitons vous éclairer sur ces différentes appellations.

Les Fintech réinventent la finance grâce à la technologie

C’est dans les années 1990 que le terme Fintech est apparu pour la première fois. Mais c’est après la crise financière de 2008 qu’il s’est réellement répandu. Le but des entreprises Fintech ? Optimiser les services financiers pour les rendre plus efficaces, à moindre coût. D’après le cabinet KPMG, ce n’est qu’en 2015 que la Fintech est devenue un peu plus connue du grand public. En effet, à cette période, de plus en plus d’investisseurs ont fait confiance à ces start-up, aiguisant l’intérêt des journalistes et le foisonnement de communication autour de ces jeunes pousses innovantes.

On distingue aujourd’hui trois types de Fintech :

Les Fintech orientées BtoC comme les banques 100 % digitales, les cagnottes en ligne, les plateformes de crowdfunding ou encore les outils de gestion de patrimoine.
Les Fintech BtoB proposent des services aux grandes entreprises ou aux PME. Leurs outils facilitent par exemple l’affacturage dématérialisé.
Les Fintech BtoBtoC comme les plateformes d’investissement qui mettent en relation les entreprises et les potentiels investisseurs.

Le but des Fintech est de repenser le modèle de la finance, de le rendre plus simple et plus accessible grâce à tout ce que peut apporter le digital.

 

Legaltech : quand le digital rend le droit plus accessible

legaltechLes Legaltech peuvent être définies comme des start-up du droit en ligne, qui proposent aux entreprises et aux particuliers des offres 100 % digitales grâce aux nouvelles technologies. Elles représentent une véritable valeur ajoutée pour les professionnels du secteur. Leur but principal est de proposer des solutions pour démocratiser les procédures administratives et judiciaires. Pour cela, elles s’appuient bien souvent sur la dématérialisation et l’automatisation.

Quelques exemples de Legaltech : services de mandataires en ligne, planification et conseil juridique, l’examen de documents juridiques, la mise en relation entre des avocats et des clients potentiels, la création en ligne d’entreprises, mise à disposition de documents juridiques, et bien d’autres sujets…

Les Regtech : la technologie au service de la conformité

solution conformitéLe secteur des banques et assurances est confronté à de nombreuses réglementations. Des start-up se sont alors créées pour aider ces grandes organisations à optimiser leur conformité en accord avec les directives. On les appelle les “Regtech”. À l’heure du Big Data et de la circulation des données, les établissements bancaires doivent en effet relever le défi de l’exploitation des data dans des cadres réglementaires très stricts. Les Regtech offrent des services innovants en s’appuyant sur des technologies comme le Machine Learning ou l’IA. Mais concrètement, quels sont les services rendus ?

Les établissements financiers ont pour obligation de connaître leurs clients. Pour mettre en place le partage d’informations entre les différentes filiales d’une même banque, ils utilisent, par exemple, la technologie Blockchain en s’appuyant sur l’expertise des Regtech. Ces dernières peuvent également utiliser des applications pour faciliter la relation entre les organismes de contrôle et les clients.

Mais ce n’est pas tout, les Regtech interviennent également pour faciliter le reporting, assurer la protection des données, suivre les transactions bancaires, gérer la conformité, surveiller les marchés…

Vous le savez, les technologies sont aujourd’hui incontournables pour le bon fonctionnement et la compétitivité des entreprises. Et c’est encore plus vrai dans le secteur bancaire ou financier. La réglementation se fait de plus en plus stricte et la protection des données suscite de plus en plus d’inquiétudes. Les start-up se spécialisant dans les domaines évoqués apparaissent comme fiables, rassurantes et donnent une image plus positive du digital pour les professionnels du secteur.

 

Franck Desnoues

Par Franck Desnoues, le 12/10/2019

Share This